Quand tu aimes quelqu’un mais que ca ne mene nulle part

J’habite venue ici non jamais pour « recuperer mon ex » mais pour amener mon histoire, et essayer par la suite, de tourner la page.

Ca fait trois journees qu’il m’a quitte – pour la seconde fois. Sauf que une telle fois la, je ne desire nullement le recuperer. Je sais que ca ne sert plus a rien et que de mon cote, je ne pourrais plus pas grand chose.

J’ai commence a lui parler ils font 7 mois environ. Je m’etais inscrite sur un blog de rencontre legerement par desespoir de ne pas faire de rencontres qui aillent plus loin. J’avais 22 annees et je n’avais jamais connu d’histoire amoureuse. Aucune bisou. Aucun sexe. Quasi rien. Autant dire que j’en souffrais terriblement et que je n’avais aucune confiance en moi. Pourtant, J’me trouvais pas trop laide mais ma timidite etait un frein a de nombreuses choses, autant dans ma vie personnelle que professionnelle. J’avais eu pourtant des occasions mais les garcons ne me plaisaient jamais… du reste, gui?re ceux qui s’interessaient a moi. Et je ne voulais nullement bouger avec n’importe qui. Pendant un certain temps, J’me suis sentie jamais « prete » ou plutot, avec le recul, je n’etais pas assez en confiance pour aller plus loin avec quelqu’un. J’avais peur, tout le tralala… Disons que sur internet, je trouvais ca moins complique – la timidite n’etait jamais directement affichee. J’avais eu, depuis plusieurs annees deja, une de mes tres bonnes amies via 1 forum. Et claque d’apprendre a se connaitre d’abord a l’ecrit me rassurait / meme quand on ne sait jamais vraiment via qui on va pouvoir tomber.

Apres quelques discussions sur le website avec des garcons pas tres passionnants ou juste a Notre recherche d’un coup d’un soir, il va i?tre venu me parler. Et on s’est fort vite naturellement. Pas mal de points communs, on habitait la aussi metropole (il etait nouveau, moi j’y habitais depuis des mois), identiques attentes dans la vie… Cela n’etait que rarement beau – du reste, pas du tout mon style d’homme – mais je voulais quand meme apprendre a le connaitre d’avantage. Arreter de me concentrer sur le physique et plus sur la personnalite. J’imagine que j’etais prete a vivre quelque chose. Et je sentais que je lui plaisais. Et ca m’a donne une certaine confiance en moi.

On se parlait l’ensemble des journees.

C’etait souvent lui qui venait me lancer. Avec des petites attentions, des photos, des dessins… Et au bout de 1 semaine et demi, on a decide de se rencontrer. Je n’avais gui?re peur de le voir puisqu’on s’etait eu une fois dans un contexte different sans le connaitre a l’aide d’une connaissance / j’ai fais le rapprochement assez vite si on a decouvert qu’on avait cette connaissance en commun. Je savais donc que c’etait quelqu’un de pas trop louche.

Sauf qu’un drame a ete demande dans mes ri?ves quelques temps apres. Pour la Realiser courte, j’ai perdu un de mes parents de facon dramatique. Je ne m’entendais pas toujours bien avec mais j’ai ressenti tout ainsi beaucoup de peine. On a donc decide de reporter une telle rencontre quelques temps apres.

Mes premieres minutes ou je l’ai vu « en vrai », je me suis demande votre que je foutais la – il etait assez different de votre que je m’etais imagine, meme via rapport a toutes les photos. Mais ca a ete une fi?te magique. C’etait vraiment quelqu’un d’interessant et il portait http://www.datingmentor.org/fr/catholic-singles-review de l’interet, malgre ma reserve et mon moral (a cause de ce deuil…). Cela a fini par me prendre dans ses bras et m’embrasser. Et J’me sentie vivre, passionnement. On s’est revu 1 a 2 fois via semaine – mais on continuait a se parler tous les heures.

Au bout d’un mois et demi, c’est la que les choses ont commences a se compliquer. Un mois et demi, c’est pas grand chose hein ? Peut-etre que j’aurai du accepter qu’on arrete a ce moment la. Mais je ne pouvais jamais. J’avais trop besoin de lui ; je venais de perdre quelqu’un et meme temps, je venais de faire sa rencontre et il etait hors de question que j’abandonne ce bonheur qui comblait mes ri?ves. Pour un coup, je me sentais vivre aux yeux de quelqu’un. Je sentais que mon existence avait 1 sens. En fait, j’ai d’abord ressenti de la distance dans ses messages. On s’est parle de vive voix et il m’a devoile qu’il trouvait qu’on avait des vies plusieurs : Lui avait votre boulot, un immeuble, une famille, des amis. Moi, je venais de finir mes etudes mais je galerais a tomber sur quelque chose, j’suis revenue vivre chez un de mes parents puisque la metropole ou j’etais ne me plaisait plu (ma seule chose qui me plaisait, c’etait que lui y ete), je n’ai pas vraiment de famille et mes amis habitent legerement partout en France… Bref, je lui ai dit qu’il fallait qu’on essaye, que l’optique n’etait aucune se ressembler a 100%. On a donc essaye.

Neanmoins, frequemment, ces angoisses revenaient : il avait vecu, contrairement a moi, une longue histoire qui s’est fini brutalement puisque la fille ne l’aimait plus. Et au bout d’un an, meme s’il ne voulait en aucun cas revenir avec i§a, il ne l’avait gui?re oublie pour autant. Il n’avait plus forcement de sentiments mais il etait nostalgique de tout votre qu’il avait construit avec. Ils etaient aussi prets a vivre ensemble et a avoir des enfants… J’ai essaye de le rassurer. De lui dire qu’il pouvait me parler. Neanmoins, c’etait quelqu’un qui avait l’habitude de gerer ses problemes seuls. Et qui n’etait jamais tres communiquant. Cela avait une vie tres occupee – il voyait ses amis, sa famille des qu’il ne bossait nullement. Et finalement, nous, on se voyait tres peu n’habitant plus dans la meme ville. De surcroit, il etait i  chaque fois inscrit sur le site ou l’on s’est eu… pretextant qu’il avait besoin de rencontrer des gens vu qu’il est nouveau dans la ville ou l’on s’est eu (il s’etait faite une amie peu de temps auparavant). Et j’ai accepte cela parce que je pensais que c’etait bon pour lui – aussi si ca ne l’etait jamais pour moi.